Les Petits Expatriés – une nouvelle série sur Petite Tribu, pour vous accompagner et partager toutes les bonnes astuces des familles francophones expatriées dans le monde. Pour ce premier volet, on est parti à la rencontre d’une famille française expatriée aux États-Unis et voir notamment comment cette petite tribu a géré la préparation, l’intégration et la scolarité de leur enfants. Expatriation en famille aux États-Unis, une grande aventure !

Elisa et Jean, parents de trois enfants ont eu l’opportunité de s’expatrier en famille aux États-Unis. A l’époque, la petite tribu vivait à Paris et n’ont pas hésité une seule seconde à tout quitter, malgré les réticences de leur entourage, famille et amis. Ils nous racontent tout ça et notamment comment ils ont procédé pour intégrer leur enfants au système scolaire américain !

Expatriation en famille aux États-Unis

 

Expatriation en famille aux États-Unis : Elisa, Jean et leur petite tribu


 

• Préparer les enfants à l’expatriation

Comment avez-vous préparé vos trois enfants au déménagement aux USA ? Ont-ils compris qu’ils allaient changer d’école, de langue et rencontrer de nouveaux camarades ?

ELISA – Pour préparer les enfants au déménagement, j’ai utilisé une carte pour leur montrer ou nous vivions et ou nous allions vivre (même si je pense qu’ils n’ont pas eu la notion de distance). J’ai aussi utilisé un livre qui s’appelle « Une nouvelle vie, quand ta famille déménage ». Je recommande vraiment ce livre. Nous l’avons lu ensemble, à plusieurs reprises même et les enfants ont ainsi pu se projeter.

Puis, ils ont également participé à la préparation du déménagement, en emballant eux-mêmes leur jouets, notamment. Les inclure dans de petites tâches liées aux cartons a énormément aidé. Ils ont pris conscience que leur petites affaires allaient également partir avec eux.

JEAN – Pour ce qui est de la langue, je leur ai expliqué avec un exemple concret que nous allions vivre dans un nouveau pays où les gens ne parlent pas français mais anglais. Pour ce faire, j’ai fait référence à nos dernières vacances en Allemagne, pour qu’ils se souviennent d’un endroit ou les gens parlaient une langue étrangère.

 

• Apprentissage de l’anglais

Au sujet de la langue notamment, aviez-vous déjà décidé avant de partir si vos enfants allaient être scolarisés dans une école française, américaine ou bilingue (franco-anglais) ?

JEAN – Avant de partir nous savions que nous voulions que nos enfants soient scolarisés dans une école publique américaine. Ce choix nous paraissait évident pour que l’immersion soit la plus totale. De ce fait, ils ont tout de suite été immergé dans le système scolaire américain, avec uniquement des camarades américains.

ELISA – Oui et en parallèle, nos enfants vont le samedi matin dans une école française pour continuer à développer et maintenir leur langue maternelle, le français . Cette session supplémentaire leur permet également d’apprendre à lire et à écrire en français.

Nous avons choisi cette solution parce que nous envisageons de rester vivre aux État-Unis. Quand la famille est expatriée pour un temps donné, le choix de la scolarisation est différent, surtout si l’enfant est emmené à reprendre un cursus français au retour. Il existe des écoles françaises, internationales ou bien la solution du CNED également, mais tout dépend vraiment de la situation d’expatriation de la famille (courte, moyenne ou très longue durée).

Est-ce que vos enfants ont rencontrés des barrières, quant à l’adaptation et à l’apprentissage de la langue ?

JEAN – Alors tout d’abord, notre aîné a 6 ans, notre deuxième a 5 ans et le petit dernier 2 ans. Pour le dernier, il est encore trop jeune et ne va pas encore à l’école. Mais en ce qui concerne les deux plus grands, ils n’ont pas réellement eu de barrières. La difference de language n’est pas un obstacle pour les enfants. Même s’ils ne parlaient pas du tout anglais en arrivant, ils réussissaient à se faire des copains ainsi qu’à se faire comprendre grâce aux jeux.

ELISA – En effet, pour l’apprentissage de la langue, les enfants se posent beaucoup moins de question que nous. Ils foncent et retiennent très vite les choses. Puis, ils n’ont pas honte de se tromper ou de mal prononcer. La première année j’ai essayé de favoriser l’expression et la diversité des contacts, notamment en allant au parc ou à la piscine pratiquement tous les jours.

 

• L’école aux Etats-Unis

Avez-vous discuté avec le corps enseignant avant la rentrée, notamment pour exposer le contexte ? Ont-ils joué un rôle pour faciliter l’adaptation de vos enfants ?

JEAN – Oui, une reunion a même été organisée et le corps enseignant a été extrêmement bienveillant et aidant. Tout est fait pour que les enfants soient intégrés, encouragés et reçoivent beaucoup de soutien.

De plus, un test d’anglais est effectué avant la rentrée. Ce test évalue le niveau d’anglais de l’enfant, pour lui proposer une aide adaptée à son niveau. Grâce à cela, les enfants bénéficient d’un soutien individuel de plusieurs heures par jour, pour revoir les points importants des leçons vues en classes ou bien les aider dans leurs devoirs. C’est un soutien qui s’estompe peu à peu en fonction de l’évolution de l’apprentissage de la langue anglaise.

Comment avez-vous géré les craintes – s’il y en a eu – de vos enfants, notamment après les premiers jours à l’école ?

ELISA – Chaque jour après l’école nous faisions le point sur la journée. J’essayais de toujours mettre l’accent sur les points positifs. Ce qui a aidé les enfants c’est de rencontrer d’autres enfants bilingues et de se rendre compte qu’ils n’étaient pas seuls dans cette situation.

Ce qui leur a été le plus bénéfique et vraiment permis de prendre confiance en eux a été leur participation a un summer camp, réservé aux enfants qui sont dans le programmes ESL (English As A Second Languagepour tous les enfants non anglophones). C’est comme un centre aéré de 6 semaines pendant les grandes vacances scolaires, gratuit et offert par le district, où les enfants revoient leur programme et consolident leur anglais. Le Texas offre un réel soutien aux enfants expatriés et sait vraiment comment les intégrer au mieux.

 

• Expatriation en famille aux États-Unis – Le Bilan

En combien de temps, diriez-vous que vos enfants se sont sentis à l’aise au sein de leur nouvelle école et de ce nouvel environnement ?

ELISA – Je dirais qu’il aura fallu une année scolaire complète pour que les enfants se sentent vraiment à l’aise en anglais et s’adaptent aux us et coutumes américains.

De plus, l’école organise beaucoup d’événements pour rendre l’école vraiment fun : venir déguisé ou en pyjama avec ses parents, habillé en rouge, avec un chapeau rigolo…, etc.

En somme, énormément d’activités pour décomplexer et tout rendre plus fun ! Les enfants s’y sont donc sentis vraiment bien assez rapidement. Les américains sont d’une tolerance incroyable et à aucun moment les enfants ne se sont sentis jugés ou diminués.

Aujourd’hui vos enfants parlent-ils parfaitement anglais ? Comment gèrent-ils le bilinguisme entre la maison et l’école ? 

JEAN – Aujourd’hui, ça fait un an que nous sommes arrivés. Les enfants sont à l’aise en anglais mais il ne parlent pas encore parfaitement. Une chose est sûre en revanche, c’est que leur prononciation est vraiment parfaite, contrairement à la mienne.

A la maison, nous ne parlons que français. Les enfants parlent parfois un mélange des 2 langues, mais nous les reprenons et ils se corrigent rapidement.

Evidemment l’âge parfait serait celui ou les enfants entrent à l’école donc vers l’âge de 4 ou 5 ans. Mais que les parents d’adolescents se rassurent, ici tout est mis en place pour que les enfants, quelque soit leur âge et/ou leur niveau, reçoivent l’aide et le soutien dont ils ont besoin. On voit vraiment sur ce point que les États-Unis est une terre d’accueil et sait comment faire !

Pour finir, votre bilan sur cette nouvelle vie ?

JEAN – Cette nouvelle vie est une belle découverte et reste une experience très enrichissante pour l’ensemble de la famille. Les expatriés aussi sont très soudés, on y retrouve vraiment une seconde famille.

Quand aux Américains, ils se plient en 4 pour vous aider et vous rendre service. Avec autant de bienveillance, de bonne humeur et de fun, on ne peut que se sentir bien. Et puis le climat texan (très ensoleillé) y est aussi pour beaucoup !

 
 


– De jolies sélections pour toute la famille !


 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *